Edenya - Le jeu de rôle médiéval-fantastique en ligne

Forum
Les forums > Divers > Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats)
Icosaedre
   Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 01-05-2017 00:23

Maitre de jeu
Nombre de messages : 1736

 


Il était une fois, aux confins de l'imagination, en un lieu où dieux, personnages, êtres féériques et joueurs cohabitent, un être qui cherchait du travail. Du travail, oui, mais pas n'importe lequel. Gahin Khonu, avait une passion, il aimait apporter des grains de vie chez les gens qu'il rencontrait. Il adorait partager des annecdotes, des histoires, des mythes et légendes. Il eut put être saltimbanque, mais les ici il y avait tellement d'histoire que toutes finissaient par se ressembler les unes aux autres. Il était donc bien difficile de trouver des sujets qui puissent intéresser des gens. Et pourtant il ne démordait pas, il voulait animer la vie des personnes autour de lui.

Il lui fallait cependant se rendre à l'évidence, quand imaginer est aussi facile, la réalité peut paraître bien pâle, si immaculée qu'il est difficile d'en discerner les petits détails si on ne prend pas le temps de l'apprécier. Mais le temps semblait avoir disparut, tout le monde courait dans tout les sens, une histoire c'est trop long à raconter, plus personne n'en veut, alors que les histoire que tout le monde connaît, c'est plus simple, la première phrase prononcée, on sait déjà comment cela va se terminer, seule l'épilogue reste à prononcer. Alors, bien évidemment, Gahin était incapable de trouver du travail qui l'intéressait. On l'invitait parfois à des mariages pour qu'il dévoile à tout le monde les petits secrets des familles du couple. À des enterrements pour entendre une dernière fois l'histoire de la vieille avant de l'oublier à jamais. On l'avait invité il y a peu pour qu'il anime une soirée festive visant à rassembler les habitants des alentours, mais à peine avait-il prononcé deux phrases qu'un dieux impatient avait fait résonner la musique dans toute la salle coupant court à une annecdote sur la construction du village.

Comme toujours, Gahin était en pleine recherche de travail, tous les matins, il demandait à toutes ses connaissances, il parcourait les annonces, écoutaient les rumeurs dans l'espoir de trouver quelque chose, la situation était désastreuses, les propositions se faisaient de plus en plus rare. Les contes ne trouvaient plus leur place dans la vie des habitants. Gahin était banal, humain, aux yeux bleu-gris, des cheveux sombres pas vraiment coiffés, une barbe mal taillée, pas vraiment musclé... Comme tout le monde, il avait ses bonheurs, ses passions et ses problèmes. Et comme beaucoup de personnes, il s'attardait plus sur ces derniers.

Alors qu'il déprimait, hésitant entre animer un enterrement et un séminaire politique, les deux seules propositions qui lui restait avec nulle autre motivation que sa faim qui lui creusait le ventre, un personnage qu'il était à peu près certain d'avoir déjà rencontré, vint frapper à son rideau, sa porte ayant été cassée quelques mois plutôt. Il n'avait jamais eu assez d'argent pour s'en payer une neuve. Travailler pour sa passion était une chose de magnifique, mais pas toujours nourrissante. En tous cas pas pour lui. L'inconnu n'était pas si inconnu, Gahin était certain de l'avoir déjà rencontré, il lui était cependant impossible de se souvenir où.

Ils discutèrent un peu, et au moment où le grand maigre à lunettes prononça le mot "Edenya" tout lui revint ! Mais oui, là il y avait des choses à raconter ! Nulle doute que, et les dieux, et les joueurs, et les personnages seraient ravis d'entendre les annecdote de cette petite ville. Content d'avoir à nouveau l'occasion d'éxercer sa passion, Gahin, se fit légèrement arnaquer durant la négociation du tarif, cependant, il en était certain, cet événement allait lui redonner la motivation que les enterrements et les marriages lui faisaient perdre.

En quelques jours, Gahin avait pris connaissance des nominés et des catégories. Il y en avait même de nouvelles. Certaines avaient disparu cependant. Il recontacta l'assistant qu'il avait eu l'année précédente, étant toujours aussi mauvais en négociation, il dut accepté que l'ami du minotaure, un nain, pourrait lui-aussi participer à la remise des prix. En revanche, ayant bien retenu le processus adinistratif, il n'eut aucun mal à trouver des intervenants pour la cérémonie. Et malgré ses faibles capacités en terme de négociation, il parvint à un nombre de dépenses qui correspondait au budget qu'on lui avait confié. Et à force travail acharné avec les autres organisateurs, tout fut fin prêt pour le jour J. Les Edenya Awards 2017 pouvaient commencer.




Pour l'occasion, Gahin Khonu avait dégoter un costume bleu sombre, taillé pour lui, qu'il n'aurait pas eu les moyens de se payer si les Edenya Awards ne l'avait pas prit en charge. Un colier en argent pendait à son cou. Le vêtement, ne lui avait nullement enlever son allure austère et rigide. Droit comme un "i", il était là derrière son pupitre à attendre que le rideau s'ouvre.

Cette année encore, Sakavaal avait été sollicité pour assister le présentateur des Edenya Awards. Étincelant dans son costume d'apparat couleur aubergine — pas le même que l'an dernier, évidemment, ç'eût été un manque de goût des plus inacceptables ! —, sa cape fièrement accrochée à son épaule, il était plus que ravi : les organisateurs avaient gracieusement accepté d'embaucher également son ami de toujours, le fameux nain Kazadrond Pic-Loyal, botaniste également de son état. Toujours précieux dans ses manières, notre énorme minotaure souriait de toutes ses dents blanches à ses côtés, les boules dorées protégeant le chaland du bout pointu de ses imposantes cornes rutilant sous les feux des projecteurs.

Et le rideau s'ouvrit pour faire découvrir une salle bondée, comme la dernière fois, remplie d'êtres en tout genre, de tout âge. Les lumières étant dirigée sur la scène il était cependant difficile de décrire chacun et chacune des personnes assises dans la salle plongée dans la pénombre. Mais le plus impressionnant n'était pas tant la taille de cette foule, quoiqu'un peu tout de même, mais surtout le silence de celle-ci alors que quelques instants plutôt, le brouhaha de leur impatience aurait pu rendre sourd quiconque s'en serait trop approché. Gahin avait beau être habitué à parler devant des gens, se dresser ainsi sur scène faisait naître dans son estomac une boule qui ne disparaissait généralement pas avant que le rideau ne se referme.

Heureusement cette année, il était prêt, les enveloppes étaient sur son pupitre, il n'avait pas oublié son discours. Il releva donc la tête et s'adressa chaleureusement à la foule.


«— Mesdames, Mesdemoiselles, Mesdamoiseaux, Messieurs ! Bonsoir ! Je m'appelle Gahin Khonu, et cette année encore, j'ai l'honneur de pouvoir vous présenter la remise des Edenya Awards ! Vous pouvez d'ores et déjà applaudir Sakavaal Séhvair et Kazadrond Pic-Loyal, qui m'assisteront tout au long de la soirée. Vahal est une ville fort animée et cette année encore il s'y est passée de nombreuses choses. Il y a encore eu de très nombreux nominés, et c'est chose juste que de les récompenser pour ce qu'ils nous apportent. Toutes ces histoires dont ils sont l'origine méritent qu'on les retiennent. Et pour cela on peut tous les applaudir !»

Tandis que le public applaudissait, Sakavaal salua cérémonieusement Gahin, qui manquait certes de classe, mais faisait correctement son travail et notamment lui rendit son salut, puis son petit acolyte ainsi que le public, en espérant ne subir plus d'incident comme l'an passé avec la folle furieuse. L'étagère soutenant les divers trophées était masquée par les rideaux des coulisses.

Kazadrond peinait à tenir en place aux côtés de son fidèle et étincelant ami cornu. L'année précédente, le nain avait loupé les Edenya Awards et n'avait pu participer à la cérémonie. Il en avait longtemps voulu à Sakavaal de ne l'avoir prévenu concernant l'évènement – s'il avait su, jamais il ne serait parti à l'aventure ce jour-là ! –, mais ce dernier avait su faire amende honorable en s'arrangeant pour qu'il soit présent. Et pas présent n'importe comment, non, non, non ! Le blondinet avait un rôle important. Le même que son collègue d'ailleurs.

Torse bombé, ses bouclettes plus bouclées et brillantes que jamais, sa plus magnifique tenue d'apparat dorée et verte sur le dos, le botaniste souriait de toutes ses dents tordues en lorgnant la foule d'un air extatique. On aurait dit un enfant le jour de Noël. Tous ces regards tournés vers lui, quelle émotion ! Lorsque son nom fut prononcé, il salua le public en agitant sa petite main aux doigts boudinés. Il était tellement heureux qu'il en oubliait d'avoir l'air précieux et maniéré. Enfin... presque.

Alors que les applaudissements se faisaient plus rares, Gahin leva la main pour stopper ceux qui restaient avant de reprendre.


« Mais parmi tous ces nominés, certains marqueront un peu plus notre mémoire, et pour cela, il méritent d'être récompensés, c'est la raison pour laquelle les Edenya Awards ont été crées. Et une nouvelle fois, il nous est donné la possibilité de faire revivre l'histoire de Vahal pour nous rappeler tous ces instants magique qui ont comblé la vie des Habitants de Vahal.

Je déclare donc la cérémonie de l'Édition 2017 des Edenya Awards ouverte !»

Il leva les mains, un sourire immense au visage, et un tonerre d'apllaudissements s'ensuivit. Il se tourna vers ses assistants pour leur faire comprendre qu'ils allaient bientôt avoir du travail, il leur faudrait donner les trophés aux gagnants et s'assurer que ceux-ci ne monopolisent pas trop la scène.

Une nouvelle fois, il fit taire les applaudissements de la foule d'un signe de la main.


«— Afin de commencer au mieux cette cérémonie, nous allons déclarer le gagnant de la catégorie "Le parasite". Certains pourraient y voire une moquerie ou une critique, mais sachez que c'est grâce à ce genre de personnes qui dressent des obstacles à surmonter sur notre passage que nous devons surpasser nos limite. Et pour ça il faut les en remercier, même s'il faut admettre que parfois, on aimerait bien avoir un peu moins d'obstacles...»

L'humain fit une petite pause avant de se reprendre.

«— Quoi qu'il en soit ! Le gagnant dans la catégorie "Le parasite" est... »

D'un coup sec et précis de la main, il ouvrit l'enveloppe et en sortit le papier.

«— Varr Hafuga, dit la pieuvre !»

Si le nain, se leva bien de sa chaise, ce ne fut pas pour rejoindre là scène. Ça non, probablement aussi susceptible que n'importe quel nain, celui-ci se dirigea vers la sortie, la colère germant certainement dans sa tête. Gahin, se trouva pris au dépourvu. Il avait tout bien préparé ! N'avait pas fait demi-tour pour aler rechercher ses enveloppes, avait même ouvert l'enveloppe avec dextérité ! Et non ! Il fallait que les choses se passent mal ! En même temps, il eut été étrange qu'un nominé dans la catégorie parasite fasse ce à quoi on s'attendait. Gahin aurait dû y penser.

Cette première catégorie laissait notre bon nain doré un peu perplexe. Mais ça n’entacha en rien son enthousiasme et sa joie d'être présent. Il offrit son plus beaucoup sourire au vainqueur en applaudissant poliment. Il se demandait tout de même pourquoi c'était un nain qui avait été nominé à cette catégorie. Avait-il été élu parce qu'il était nain ? L'air de rien, il observa attentivement les personnes présentes dans le public. Il vit beaucoup d'humains et beaucoup d'elfe. Tout s'expliquait. C'était du racisme. Son visage fit une légère moue lorsque son esprit en vain à cette conclusion, mais très vite il se reprit et afficha de nouveau un grand sourire en découvrant que le nain se dressait contre cette discrimination en boycottant la cérémonie.

Lorsque l'homme banal appela le premier vainqueur, Sakavaal alla chercher le trophée afférent, sculpture dorée qui représentait un pou géant de la taille d'une bouteille. Il s'approcha en bombant le torse du milieu de la scène avant de découvrir que le vainqueur avait quitté les lieu sans passer par la case "scène". Lui aussi était déçu, il avait pourtant une phrase géniale en tête pour remettre le trophée au nain "— Noble sieur des mers, veuillez recevoir ce trophée accompagné de mon admiration la plus sincère pour votre tentaculaire et délicieuse barbe, semblable aux plus terribles poulpes écumant nos océans. Sachez que votre fascinante légende est parvenue aux confins de Vahal, dans les humbles oreilles de votre serviteur." C'était pas plus mal finalement, le cornu était toujours un peu mal à l'aise avec la remise de prix aussi négatifs, il aurait certainement eu du mal à remettre le tropée, malgré sa grande préparation mentale.

Gahin, réagit aussi vite qu'il put face à cet obstacle que le parasite venait de dresser devant lui.


«— Je me dois de le remercier, car grâce à lui, je sais que même quand on est paré à tous les obstacles, il y en a toujours d'autres qui viennent s'y ajouter. Et on peut les surmonter. Nous lui feront parvenir son trophée autrement. Et si vraiment, il n'en veut pas, nous donneront le trophé au deuxième parasite. Quoi qu'il en soit... Varr Hafuga ! Le parasite ! Vous pouvez l'applaudir !»

Ne se laissant pas démonté, Gahin tâcha de passer à la suite assez rapidement. Il s'empara donc d'une nouvelle enveloppe pour en sortir le nom du vainqueur de la catégorie suivante.

«— Il est cependant de nombreuses catégories, et celle-ci va récompenser les acteurs de la bataille la plus épique, l'affrontement le plus marquant qu'il y ait eu à Vahal cette année ! "À couteaux tiré" !»

Cette catégorie hérissait plus encore le pelage lustré de Sakavaal : récompenser la violence, pensez-vous ! Quelle idée saugrenue, voire inconsidérée ! Le mufle relevé d'indignation, il mit tout de même un point d'honneur à rester muet, soulagé que son acolyte fût présent pour s'occuper de remettre la récompense et occupé à tenter de ne point trop laisser transparaître son mépris pour tous ces affaires de rustres. Et la compétition avait été rude, tant la sauvagerie des Vahaliens était prégnante. Heureusement, aucune des brutes impliquées ne monterait sur scène, ce qui était en soi un soulagement !

Prenant un air important, Kazadrond s'approcha des trophées. C'était enfin à son tour de briller ! Chacun étaient identiques : deux épées croisées. De part sa nature naine et cupide, il ne put s'empêcher d'admirer les deux fausses armes en or avec des yeux brillants. Mais il ne pouvait pas en subtiliser un discrètement. Dommage.

Mais c'était à présent le moment de donner le nom des gagnants ! Gahin, reprit sur un ton démeusurément lent.


«— Ils sont nombreux à y avoir participé, et ne pourrons malheureusement pas monter sur scène, mais c'est certainement une des raisons de leur nomination. Glaedryll... Ezekiel... Goupil, Laytamia et Oruk, Navine, Bass Thonh. Mesdammes et messieurs, "Massacrons-nous dans la taverne" !»

Et alors que l'animateur prononçait les derniers mots, le mur derrière lui s'illumina pour faire apparaître une retranscription fidèle, image et son de la bataille.

Le film commença et le nain prit son outils. On lui avait expliqué que pour cette remise de trophée, personne ne monterait sur scène. L'outil lui permettrait de distribuer tous ces trophées en même temps. Une baguette magique. Sans oublier la notice, bien sûr, car il n'avait aucune fichtre idée de comment cette chose fonctionnait. Tenant le papier dans une main, la baguette dans l'autre, il commença à agiter cette dernière tel un chef d'orchestre un peu étrange. Quand il fut sûr que son geste était impeccable, le blondinet se racla la gorge et se campa bien sur ses jambes. Il observa les trophées d'un air autoritaire puis agita la baguette en tonnant d'une voix claire :


«— Bibidi bobidi bou ! »

Les trophées s'envolèrent alors, animés par la magie de la baguette, et se dirigèrent chacun sagement vers le public. Sauf un. Le nain fronça les sourcils et agita la baguette vers le retardataire, qui s'anima alors brusquement et suivit ses pairs d'un air affolé. Kazadrond Pic-Loyal hocha la tête d'un air satisfait et reposa la baguette avant de rejoindre son ami botaniste. Il applaudit alors la fin du film d'un air exagérément maniéré.

Drapé dans sa vertu, le grandiloquent minotaure daigna feindre de regarder la reconstitution images et sons prévue par les organisateurs de la cérémonie, lâchant de temps à autre un reniflement hautain. Et après cela, l'on s'étonnait que le monde partît à vau-l'eau ! Quelle époque, mais quelle époque ! C'était bien mieux, avant. Lorsque la fin de cette barbarie arriva enfin, il applaudit du bout de ses doigts soigneusement manucurés, soulagé que ç'en fût terminé. Honteux, c'était tout simplement honteux.

Lorsque la scène reprit son éclairage normal et que les applaudissements s'assouridirent, Gahin reprit pour passer à la suite.


«— "Massacrons nous dans la taverne" ! Attention, cependant, cette scène a été réalisée par des professionnels de la baston de comptoir, ne tentez en aucun cas de les imiter.

Bien... Quoi de mieux qu'un message d'amour après cette récompense ? Vous avez pu apprécier la beauté d'une bataille, apprécier à présent la magnificence d'un couple animer par une passion réciproque, ou pas. "What is Love ?" C'est la catégorie qui est là pour récompenser ces couples qui ont ou vont marquer l'histoire de Vahal à jamais ! L'amour est éternel, et certains l'ont bien compris. Mais quel est ce couple qui vous a marqué cette année ? Il s'agit de... Doual et... Farya ! La fraterie fraternelle !»


https://www.youtube.com/watch?v=HEXWRTEbj1I

Les craintes de Sakavaal, hélas, s'avérèrent fondées lorsqu'il entendit le nom de la furie aux cheveux rouges qui avait semé le chaos l'année précédente. Un minuscule geignement s'échappa de ses naseaux frémissants de crainte. Affolé, il jeta un coup d’œil perdu à Kazadrond en se demandant s'il ne pouvait pas simplement s'esquiver en coulisses. Par bonheur, la folle n'était pas seule à monter, ou plutôt à se ruer sur scène cette fois : un autre demi-elfe, qui semblait bien plus pondéré et civilisé malgré sa course, l'accompagnait. Ce jeune homme bien sous tout rapports et elle étaient donc demi-frère et sœur ? Surprenant.

Décidant tout bonnement d'ignorer Farya, le minotaure emprunté s'était laissé distraire et arqua un sourcil en constatant que son compère à barbe venait de lui souffler son rôle et attraper le trophée en forme de cœur d'or stylisé (en effet, les organisateurs ne s'étaient guère foulés, niveau imagination, pour le coup). Mais... Tout d'abord, il faillit protester, mais son souci des apparences et sa raison triomphèrent. Finalement, cela avait du bon, au fond, si cela pouvait lui éviter tout commerce avec cette sauvage à la tignasse criarde. Il eut toutefois un regard compatissant envers le malheureux que la génétique avait sournoisement lié à celle-ci.


La soirée se déroulait admirablement bien. Du haut du lieu, surplombant à l'image de l'année précédente la salle d'un regard tranquille et bienveillant, Doual, le semi-elfe regardait le petit manège tourner. Un livre entre ses deux bras croisés, calé contre un mur, ses yeux se rivaient parfois sur la rouquine à ses côtés. Telle une fillette, quant à elle, sa sœur absorbait le tout d'un air ravi. Si elle avait affreusement rechigné l'an passé à se laisser traîner à cette cérémonie, son déroulement l'avait définitivement motivée à revenir. Sa tenue à lui ? Venue d'un autre temps. Le gilet, dont l'une des poches abritait une montre à gousset que la chaînette permettait de deviner, ne couvrait pas les bras et laissait passer les manches courte d'une chemise bordeaux, son pantalon gris faisant ressortir la couleur. Quant à Farya, elle ne s'était pas foulée, toujours un peu frustrée d'avoir été évincée des présentateurs dont elle avait fait partie en une occasion, sous prétexte de "mauvaises manières", de "moqueries envers les vainqueurs" et autres reproches totalement infondés et ennuyeux. Elle arborait donc sa tenue habituelle, plastron de cuir sur tunique asymétrique rouge et pantalon bouffant noir.

Calme, le tanneur... Jusqu'à ce que leurs noms, à lui et sa demi-sœur, retentissent. Il la regarda et secoua la tête ; hors de question qu'il y aille ! Mais Farya avait glapi de joie et, constatant la réticence de son frère, fit le nécessaire pour qu'il la suive sur scène : sans aucune pitié, elle chaparda le livre qu'il tenait à la main et piqua un sprint en direction de l'estrade.


«— Nyahahah, attrape-moi s'tu peux, gibier d'potence !! » Lança-t-elle, hilare, par-dessus son épaule.

«— Que... Farya, rends-moi ça !» Souffla t-il assez fort, s'élançant à sa suite.

Et les voilà, tous les deux, comme lors de leurs courses à travers Vahal, à galoper jusqu'à la scène. Les regards dérangeants n'existaient plus dans l'objectif actuel de Doual : récupérer le bouquin ! La chipie, elle, cavalait de toutes ses forces en riant à gorge déployée. Finalement parvenue sur l'estrade, elle freina in extremis juste devant le nez de Gahin, lui sourit largement et eut le droit au même sourire en retour. Puis elle se tourna pour faire une petite danse de la victoire à destination de son frère : mission accomplie ! Montant contre son gré et sans qu'il s'en aperçoive, il reprit vivement son livre des mains de sa frangine, avant que le nain s'approche avec un… Trophée en forme de cœur.

La demi-portion n'avait qu'une hâte. Retourner sous le feu des projecteurs. Briller de nouveau. Aussi lorsque Sakavaal eut le bon goût d'hésiter à se saisir du trophée suivant – un cœur en or –, le bouclé se précipita dessus. C'est avec un grand sourire qu'il s'avança plus en avant sur scène pour attendre les deux vainqueurs. Son sourire se fana quelque peu lorsqu'il vit une sauvageonne arriver en courant, poursuivie pas un timide qui, d'ailleurs, lui plut bien plus.

C'est donc tout naturellement vers celui qui savait se tenir que se dirigea Kazadrond, en lui offrant son plus beau sourire aux dents tordues.


«— Toutes mes félicitations à vous deux, je suis sûr que vous méritez amplement votre prix.»

Hélas, son sourire ne parvint pas à survivre au caractère de la rouquine, qu'il jugea trop démonstratif. Elle lui volait le peu de gloire et d'attention qu'il pouvait avoir ! C'était inacceptable ! Son air jovial finit par fondre totalement, remplacé par un air pincé puis par une mine franchement réprobatrice. Il échangea avec son ami au pelage luisant un regard plein d'agacement et de désapprobation.

Doual tendit la main libre, celle avec le bracelet, pour attraper le prix. Ses yeux se tournèrent sur Farya, qui exultait de toutes ses dents (en passant outre le fait que le minotaure chochotte n'eût manifestement pas remarqué sa présence) et qui joua alors des sourcils, et il découvrit la foule. L'impressionnante masse noire, ces gens qui le regardaient. Ses doigts se crispèrent sur le trophée alors que sa congénère levait les bras, triomphante et bien peu modeste.


«— Ouaiiiiis !!! Merci les gens !!»

Sans un mot, intimidé, il s'approcha de sa demi-sœur pour qu'elle tienne elle aussi la récompense, et elle obtempéra en bousculant un peu Sakavaal au passage — Sakavaal qui, évidemment, vu sa masse, ne bougea guère. Ulcéré, celui-ci émit cependant un sifflement nasal fortement indigné en lissant avec dégoût la partie de son vêtement qu'elle avait touchée. Il était bon pour le jeter, après cela. Un scandale ! Il se plaindrait aux organisateurs, ça, c'était certain ! Outré, il se drapa dans sa dignité pour encaisser tant bien que mal cette ignominie, endurant même la grimace sans davantage broncher. C'était qu'il savait se tenir, lui au moins ! Le minautore surveillait du coin de l'œil la charretière depuis qu'elle s'était levée, il voulai s'assurer qu'elle ne repartît pas dans ses frasques, ne se mît pas à beugler encore ou à tenter cette fois de dérober quelque chose. Heureusement, elle semblait vouloir se tenir à peu près tranquille. L'historien ne savait pas trop ce qu'ils avaient réussi à faire, aussi chercha t-il le soutien de sa congénère avant de s'exprimer. Farya prit, de son autre main, son frangin par les épaules alors qu'il balbutiait.

«— Je... Merci... Nous ne méritons pas tant... Puissions-nous ne jamais être séparés», commença Doual avant que son pendant à dreads ne prît le relais avec enthousiasme.

«— Mais si-si-si, l'écoutez pas, c'timide, uhuh ! On l'mérite carrément, pass'qu'on est des Vrais d'vrai ! Ça déboîte, et z'avez grave raison ! On est l'duo qui déménage à Vahal, mouahahah ! Et y'a rien qui peut nous séparer, foi d'Fafa, même pas une foutrecul d'tempête ni une armée d'goules ni même si l'foutu bled cramait, on est lààà ! Z'assurez, Vahal !»

Après une courbette totalement exagérée et un tirage de langue à destination du timoré à cornes, la chasseuse colla une bourrade virile à l'humain banalo-classique et prit son demi-frère par le poignet pour l'entraîner hors de la scène : cette année, pas question de se faire sortir comme une vulgaire arsouille ! Les réactions parmi les trois organisateurs n'étaient pas des plus enjaillées.

«— Mais quel toupet ! »lâcha le nain tandis que la rouquine tirait la langue à son ami. Farya n'avait décidément pas la cote auprès des deux amis...

Gahin pour sa part, n'ayant pas eu à faire de quelconque effort physique pour faire descendre le couple de scène appréciait cette remise de prix comme une amélioration par rapport à l'année précédente. Bien qu'il n'y parut pas, le semi-elfe avait très certainement réussi à calmer un peu les ardeurs de la dame à la chevelure flamboyante. Mais il s'égarait...


«— Bien, vous pouvez les applaudires, Doual et Farya, parfois, ce l'amour, ce sont deux extrèmes qui se rencontrent pour ne former plus qu'un.»

Tandis que les applaudissement tonnaient dans la salle, l'homme au costume bleu, attrappa l'enveloppe suivante et lu le nom de catégorie qui y était inscrit pour s'assurer que tout suivait bien son ordre.

«—Nous allons maintenant passer a une nouvelle catégorie, ou plutôt une catégorie qui a évoluer pour s'élargir. Le but est de savoir quel est le bâtiment, non publique le plus emblématique de Vahal. Et le gagnant, de cette prestigieuse catégorie est... sont les guérrisseurs de Vahal ! Établissement dont Melitta est à la tête et qui lui a été légué par Gareth, son fondateur. Je les invites tous deux à venir sur scène ! Applaudissez les ! »



Sakavaal avait réussi à reprendre à peu près contenance après la mesquinerie de l'autre délinquante juvénile. Et il se réjouissait ! Enfin, une récompense digne de ce nom ! Plus ravi que jamais, il se retenait à grand-peine de sautiller sur place comme une écolière recevant une double-ration de chocolat. Qui l'emporterait ? Il avait bien son favori, l'antre des beautés raffinées de ce monde : celui qui abritait la délicieuse Melitta, le splendide Cédric, la divine Anthéa, la fabuleuse Katel, le superbe Gareth, la ravissante Maelyss et l'exquis Ethan, qui figuraient entre autres parmi ses idoles vahaliennes... Mais qu'aurait choisi le public ? En entendant le verdict, l'armoire velue sourit jusqu'aux oreilles et écrasa une larme de joie. Cette fois, il comptait bien ne pas se faire souffler sa place par son acolyte, il était plus prêt que jamais !

Encore tout énervé par le passage de la semi-elfe sur scène, Kazadrond n'eut pas le réflexe de chaparder une seconde fois le rôle du charmant bovidé. Il lui fallut un peu de temps pour reprendre contenance et se concentrer de nouveau sur la cérémonie. Les personnes qui montèrent sur scène pour le trophée suivant – une réplique en or de la tour des Archimages – se montrèrent bien plus respectueuses et digne de la furie aux cheveux de feu.

Une fois encore, cet événement bientôt mythique que devenaient les Edenya Awards, ramena Melitta à Vahal. Etrange tout de même. Pensive, la rouquine observait les personnes présentes : rares étaient les visages connus, et elle s’amusa à détailler ceux qu’elle découvrait au détour des récompenses attribuées et des allées. Lorsque la catégorie du monument mythique arriva, elle resta tout aussi rêveuse, se remémorant tous ces lieux qui avaient marqué sa vie vahalienne. Il y en avait tant ! Faut dire que les Vahaliens n’avaient pas tellement le sens de l’héritage, les lieux variaient tout autant que la population de la ville. C’était ainsi et, même si souvent cela la rendait nostalgique, ça faisait partie du charme de Vahal et c’était ainsi. Paradoxal, hein ? Curieuse, elle attendit de voir quel lieu avait compté le plus pour cette génération de réincarnés.

Alors quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle entendit l’humain aux cheveux bruns et au costume soigné – et oui, son œil avisé d’ancienne tisserande avait bien remarqué la qualité du tissu – annoncer les Guérisseurs ! Son cœur manqua un battement et elle repensa avec tendresse à tous les mages que cet établissement avait compté : N’til, Lehalyn, Flegroll, Gareth, Piotr, et tant d’autres. Piotr. Il serait tellement fier ! Un sourire se dessina entre ses tâches de rousseur, et elle fut ravie de voir le petit rouquin se lever, un peu plus loin dans la salle. Cela faisait une éternité qu’elle ne l’avait pas vu… Il devait se sentir tellement seul depuis le départ de N’til. Après un bref regard échangé avec lui, la rouquine se leva à son tour et accompagna son vieil ami sur le devant de la scène. Encore une fois… Décidément !

À l'annonce, en plus de Melitta, un garçon de ferme se leva dans la salle, bien embêté. Rah ! Il avait bien choisi son moment, lui, pour aller aux latrines ! Il ne pouvait pas se retenir jusqu'à la pause, comme tout le monde ? Ou au moins choisir autre un moment, plus opportun !

Cependant, le terreux en habits du staëlia ne s'éclipsa point vers l'arrière, mais au contraire se dirigea vers la scène. Tout en os et en tâches de son, il avait viré à l'écarlate jusqu'aux oreilles, pleinement assorties à ses cheveux roux tressés le long de son crâne. Il manqua de trébucher sur la dernière marche, bredouilla des excuses inaudibles, adressé à les-Dieux-seuls-savent-qui, et arriva enfin jusqu'au maître de cérémonie. La stature de celui-ci écrasa un peu plus le modeste homme emprunté, aussi, il ne fut pas mécontent quand Gahin Khonu et Kazadrond Pic-Loyal le récupèrent et le placèrent devant le lutrin.

Lorsqu'enfin les représentants de cette merveilleuse institution montèrent sur scène, il les accueillit avec émotion et leur fit une profonde révérence en leur tendant son trophée en forme de tour des archimages dorée. Même en tenue négligée, la rouquine rayonnait. Battant de ses longs cils noirs, le minotaure sourit à Melitta et Gareth, profondément ému de les rencontrer en personne — bien que son béguin pour Cédric lui fît un peu regretter son absence :


«— Très chers, très chers ! Toutes mes félicitations pour cette récompense Ô combien méritée ! Les guérisseurs sont la lumière et l'âme de cette ville, son rayonnement. Puissent vos mains expertes et vos âmes immaculées être éternellement bénies pour les bienfaits dont elles nous comblent, nobles et resplendissants soigneurs. Je suis plus qu'honoré d'avoir l'insigne honneur de vous remettre ce trophée mille fois mérité, assorti de la gratitude de nos concitoyens qui démontrent ainsi leur reconnaissance à votre égard. Vous êtes tout simplement di-vins !»

Le nain aux bouclettes put enfin récupérer son sourire. Il approuva les paroles de son collègue en hochant la tête puis applaudit le duo avec le public. Même si techniquement ce n'était pas vraiment à eux que revenait la récompense, mais à un bâtiment... Ceci dit faire voler des trophées avec une baguette était une chose, mais animer un bâtiment pour qu'il prenne sa récompense devait très certainement en être une autre. Il était par conséquent sans doute mieux que ce soit les fondateurs qui viennent.

Tout en marchant, la jeune femme aux cheveux ardent ne put s’empêcher de sourire devant l’image que renvoyait le minotaure remettant les prix. Son costume aurait pu rendre jaloux le plus coquet des elfes, c’était totalement en désaccord avec le reste de son physique… Et pourtant, on ne l’imaginerait plus autrement, maintenant qu’on avait admiré ces cornes décorées d’or. D’ailleurs, le nain qui accompagnait le minotaure renvoyait la même impression, avec ses boucles soignées et ses vêtements de soie. Par contre, si c’était sympathique à regarder, vu les circonstances, la présence de ces trois personnages si propres sur eux la rendit bien mal à l’aise, une fois à leurs côtés. Elle ne devait pas ressembler à grand-chose, fagotée avec ses habits d’expédition. La chemise trop large, le pantalon sale sur le fond, mais qui avait l’avantage de cacher ses bottes usées. La ceinture de corde tout sauf élégante. Mais bon, c’était ainsi, quelques heures plus tôt, elle était bien loin de cette ambiance raffinée.

Les élégants organisateurs félicitèrent chaleureusement les deux personnages, leur fourguèrent un trophée entre les mains, et les abandonnèrent devant une foule en attente. Gareth eu un mouvement de recul, mais se retint, s'agrippant au lutrin jusqu'à s'en blanchir les phalanges. Il ferma les yeux, inspira un grand coup, et porta un regard plus serein sur le public. Il naquit alors sur ses lèvres un sourire doux, familier à tout ceux qui étaient passé entre les mains. Si sa voix était un peu tremblotante, elle s'assura au fur et à mesure que les mots coulèrent :


«— Hum hum… Euh… bonjour ? Hum, non, plutôt bonsoir, en faite. Je crois, oui, peut-être. Enfin voilà. Je pense pouvoir vous remercier, au nom de tous les guérisseurs de Vahal, pour votre confiance et votre reconnaissance. Cependant, et bien… il va me falloir vous détromper. Hum… Je n'ai point fondé le local des guérisseurs, mais sa responsabilité m'a été transmise, comme je l'ai transmise à mon tour.

Voyez-vous, le local a été fondé par une fée, dont ma mémoire n'a malheureusement pas gardé le nom. C'était une soigneuse de talent, mais au retour d'une expédition, elle n'a pas supporté d'être de nouveau confiné au sein des remparts. Piotr Servan, dryad druide, a alors prit sa suite. Nous lui tenons la philosophie du local, tel que la gratuité des soins ou de notre totale discrétion, ainsi que notre totale indépendance envers toute guilde ou commerce. Votre humble serviteur poursuivit sa tâche, et j'espère avoir également apporté quelques contributions, sous la forme de protocoles de soin pour les épidémies et les résurrections. Ainsi, nos collègues profitent de notre expérience sans reproduire nos erreurs passés. Aujourd'hui, c'est Melitta que vous connaissez en tant que responsable du local. Je… je ne suis malheureusement pas présent pour le voir de mes propres yeux, mais… je ne doute pas qu'elle a su également apporter au local ses propres compétences.

Cependant, mesdames et damoiselles, messires et damoiseaux, il y a peut-être une chose dont vous n'avez pas conscience. Si le local des guérisseurs est ce qu'il est, c'est grâce à vous. Lorsque vous venez faire soigner vos plaies et vos maux, ce sont nos apprentis qui se forment, c'est notre expertise curative qui s'améliore, et donc notre efficacité à vous soulager qui croit encore et encore. Et je peux vous assurer qu'ainsi, les épidémies annuelles de peste resteront presque aussi bénignes qu'une petite grippe.

Aussi, au nom des guérisseurs vahaliens, je vous remercie encore pour votre confiance, et vous encourage à venir nous consulter, pour votre santé, actuelle et futur. Oui, voilà, hum, encore merci. Et... je vous laisse en compagnie de ma consœur, Melitta.»

Le jeune rouquin se gratta nerveusement la nuque, regarda à droite et à gauche, esquissa un sourire doux à la rouquine et recula assez pour ne plus être en pleine lumière. Là, il serra la main du minotaure, de l'homme et du nain, avant de redescendre furtivement vers la salle et l'anonymat.

Le moment était venu pour Melitta de recevoir le prix, un tant soit peu mérité. Elle écouta respectueusement aux propos forts sages de son prédecesseur à la direction des guérisseurs. Après un petit regard à Gareth, la jeune femme prit à son tour la parole, se raclant la gorge, un brin intimidée devant tout ce beau monde.


-«— Euh… Et bien. Merci. C’est un honneur, et une fierté de recevoir une telle reconnaissance. Pour cet endroit si particulier que sont les guérisseurs, ni une guilde, ni un commerce, simplement une porte de secours pour qui en a besoin. Parfois indispensable, de ce que j’ai pu voir, le bâtiment reste parfois totalement vide… Il connait des hauts et des bas, mais il est toujours présent, permettant aux mages de progresser et aux Vahaliens de se faire soigner en cas de besoin. Je ne doute pas que les fondateurs de cet endroit seraient extrêmement fiers de voir qu’il perdure au fur et à mesure des années. J’aimerais qu’ils soient là pour voir ça. En tous les cas, en mon nom et en le leur je pense, je ne peux que vous dire merci. Et vous promettre qu’on fera en sorte que cet établissement continue sa route pour les futures générations de réincarnés. »

Elle se tourna vers Gareth pour le saluer une nouvelle fois. Puis vint le moment de reprendre sa place, enfin. Rester sous le feu des projecteurs, c’était pas trop son truc. Ravie, Melitta repartit d’un pas bien plus énergique que celui avec lequel elle était arrivée. Se rasseyant, elle profita ensuite du reste de la cérémonie, avant de se faire happer vers d’autres cieux, ravie d’avoir pu participer à un tel événement.

Gahin avait tiré la tronche quand on lui avait fait remarquer une erreur. Se serait-il trompé. Un sourire gêné apparut sur son visage tandis, qu'il tâchait de reprendre contenance. Il s'était trompé, certes, mais ne pouvai-il pas réparer son erreur. Tandis que les mots de Melitta s'étaient enchaînés, il avait effectué quelques manœuvres, magiques pour certaines afin de récolter les informations qui lui avait été confiées. Et quand ce fut à nouveau à lui de reprendre la parole, il était à nouveau droit et assuré.


«— Je vous prie à tous de bien vouloir pardonner mon erreur. Afin de la réparer, j'aimerais remettre au goût du jour le nom de la fée dont a parlé Gareth, qui est donc très certainement la fondatrice, Eurydice. On peut la remercier et l'applaudir pour avoir créer un établissement qui soit resté tellement longtemps qu'on en a oublié les fondateurs. Merci à elle et a tous ceux qui l'ont suivisur la voie des bienfaiteurs.»


Le présentateur s'arrêta pour laisser le temps à la foule de contempler et d'applaudir la fée dont l'image apparaissait à ses côtés




Lorsque l'image disparut, Gahin, en levant à la vue de tous la nouvelle enveloppe, s'adressa à l'assemblée.

«— La catégorie qui arrive à présent n'est pas des plus annodine puisqu'il s'agit de récompenser l'événement qui a le plus marquer l'histoire de cette année. Un événement, c'est une de ces choses qui rassembles de nombreuses personnes autour d'un objectif commun et qui a une influence telle que la vie des Vahaliens peut s'en retrouver chamboulée pendant de longues années. Et l'événement qui a le plus marqué les Vahaliens cette année est... Morbleu ! »

Ouvrant l'enveloppe une peu trop brutalement, le papier à l'intérieur se déchire, si bien qu'il doit tenir les deux bouts côte à côte pour lire ce qui y est écrit.

«— Et donc, l'événement de l'année est: La tragédie des dieux !»

Il attendit que le "trophée" soit disposé au milieud de la scène avant de reprendre.

«— Pour cette catégorie, comme il y a eu de très nombreux participants à l'événement et que tous ont eu un rôle important, il a été décidé de ne pas remettre de trophée mais de réaliser un monument à la mémoire de ceux qui sont tombés pour Vahal afin de leur dire qu'on les remercie de s'être sacrifier et qu'on ne les oubliera pas. »


L'air important, le nain blond s'approcha du nouveau trophée. Encore une fois personne ne monta sur scène pour récupérer ce trophée-ci. Kazadrond se dit que ce n'était pas de chance quand même. Une remise de trophée sans personne pour venir récupérer son bien. M'enfin, au moins cette fois-ci il n'y aurait personne pour lui faire de l'ombre. Il sourit à la foule en leur montrant l'objet en or. Celui-ci représentait les héros morts en défendant leur belle citée. Ces valeureux vahaliens se tenaient, glorieux et triomphants, sur une pile infâme de créatures dignes des enfers même. La seule chose qui séparait les héros de la masse grouillante était une pierre, une pierre sur lesquels les héros déchus trônaient littéralement sur leurs ennemis.

Le nain trouvait que ce trophée était un très bel hommage pour les combattants disparus. Son regard ne cessait de découvrir de nouveaux détails chaque fois qu'ils se posaient dessus. Un véritable chef d'œuvre. Une fois que le public eut admiré l'objet tout son saoul, le nain le posa avec déférence dans les coulisses. Oui, c'était un bien bel ouvrage. Le tout en or. Ah la la, c'était tellement dommage qu'il ne puisse pas le garder avec lui...

Cette récompense non plus ne manquait pas de panache, bien que le minotaure précieux fût un peu mitigé quant à ses sentiments. À l'annonce faite par Gahin, Sakavaal arqua ses sourcils soigneusement épilés en se remémorant cette terrible tragédie ayant causé la mort de preux compatriotes. Néanmoins, il fit de son mieux pour endiguer la tristesse qui envahissait son énorme coeur sensible, puisant dans sa dignité et sa conscience professionnelle les ressources pour n'avoir l'air point trop affligé. Il exhala simplement un soupir peiné : il fallait éviter de ruiner son élégant visage poudré avec de disgracieuses larmes.

Il applaudit précipitamment au bon moment en chassant ces tristes pensées envers les braves disparus. Ainsi, les Vahaliens avaient pour projet un monument dédié aux héros morts lors dudit drame ? S'il avait bien saisi, celui-ci figurait une masse de créatures infernales écrasées par une pierre où trônaient glorieusement des Vahaliens triomphants. C'était tout de même une occasion qui avait souligné l'amour, l'espoir et le dévouement des habitants les uns envers les autres, et une bataille dont ils étaient sortis victorieux quoiqu'affaiblis ! Oui, c'était cela : voir le verre plein, malgré les pertes, malgré le deuil. Et puis, après tout, il ne les connaissait pas personnellement, ces décédés. Même s'il avait entendu dire que l'un d'entre eux était physiquement alléchant, qu'une autre était une poétesse audacieuse et que la troisième avait un goût vestimentaire fabuleux.

Et si les dieux chatouilleux impliqués de part et d'autre dans l'événement les observaient à l'heure actuelle ? Le sybarite d'aubergine vêtu, en retrait mais ses yeux de biche brillant de fanatisme, ne souhaitant pourtant pas les contrarier, s'efforça donc de sourire à s'en faire éclater les zygomatiques en tentant péniblement d'arborer son expression la plus humble possible. Chose compliquée, avec un orgueil comme le sien !

Le monument ayant quitté la scène, Gahin décida d'enchaîner.


«— À présent que nous avons vu ce qu'il peut se passer d'extraordinaire à Vahal, nous pouvons nous intéresser à ce qui se passe en dehors des murs de la ville. Qu'advient-il de ces aventuriers qui s'extraient du quotidien de la vie Vahalienne pour arpenter le monde ? Et surtout quelle histoire, quelle geste vous donne le plus envie de partir gambader par monts et vallées ? Ce qu'il y a dans cette enveloppe nous le dira. »

Il l'agitait, malheureusement, ses doigts glissère et l'espace d'un instant, elle vola avant que part pur réflexe il la rattrape. Ses joues rougissant il se remit droit et ouvrit le cachet très sérieusement.

«— Et la plus belle aventure est : "Les îles de la lune !"»



Le mur derrière lui s'illumina une nouvelle fois pour faire apparaître un bâteau rentrant tant bien que mal dans le port de ce qui devait être une des iles.

L'aventure gagnante, si elle était des plus intéressantes, ne devait rappeler quelque chose qu'à bien peu de Vahaliens, hélas. Entre ceux qui étaient morts ou disparus depuis et ceux arrivés trop récemment... Sakavaal, se considérant lui-même, avec son collègue botaniste, comme un grand aventurier, se sentait pourtant particulièrement concerné, s'estimant confrère des explorateurs. Il avait écouté d'une oreille d'expert le récit de cette épopée et la jugeait à l'aune de sa propre expérience — en réalité bien moindre que ce dans ses souvenirs et fantasmes. Bombant son énorme torse où trônait un œillet rose, il sourit de toutes ses dents en brandissant au moment opportun le trophée en forme de dragon d'or, un peu vexé tout de même : pourquoi son comparse et lui n'étaient-ils jamais ainsi récompensés pour leurs hauts faits ? Ce n'était pas faute de les narrer à tout bout de champ, pourtant.

Un dragon en or, rien que ça ! Kazadrond retint de justesse un sifflement admiratif. Un peu rêveur, il s'imagina monter sur scène avec son ami Sakavaal pour récupérer ce trophée. Après tout ils étaient tous deux des aventuriers. Tout le monde les connaissait à Vahal, il n'y avait pas de doute à avoir sur le sujet. Kazadrond était persuadé qu'un jour leurs histoires leurs apporteraient suffisamment de succès et de mérite pour qu'on leur donne enfin ce trésor en forme de dragon. Applaudissant avec tous les autres, il se demanda combien pouvait couter cette petite merveille.

Il était difficile de récompenser une aventure, et pourtant il y avait un trophée. Mais à qui le remettre ? La question avait taraudé l'esprit de Gahin pendant plusieurs heures des jours qui avaient précédé la cérémonie. Un aventurier était prêt à parcourir le monde pour trouver un trésor, quel intérêt il y avait-il a le lui donner en main propre alors qu'il ne sait même pas qu'il existe. Et l'idée d'un trophée en forme de dragon était bien trop bonne pour qu'on l'abandonne. Mais à qui le donner alors, et comment ? Fallait-il donner le trophée ou non ? Gahin en avait presque cauchmarder.

Et quelques dizaines de minutes avant le début de la cérémonie il avait su ce qu'il allait faire. Et tous purent admirer la magnificence de son idée. Dans un fracas énorme, une faille s'ouvrit au dessus du public et un aigle géant en sortit. Il effectua quelques tour de la salle dans de grands cris et se rua vers la scène pour arrtaper le trophée. Cela fait, il s'engouffra dans la faille par laquelle il était venu et celle-ci se referma. Gahin lança alors !


«— Un aventurier n'attend pas qu'on lui mette ses rêves dans la main, il va les chercher ! Mesdames et messieurs, parcourez le monde ! Qui sait, un jour peut-être trouverez vous un dragon en or...»

Un sourire aux lèvres, Gahin était content de lui. L'intérêt quand on écoutait les histoire des gens, était qu'on finissait par savoir qui contacter pour chacune des choses pour lesquelles ont voudrait être aidé. Gahin, avait simplement demandé à quelqu'un de subtiliser le trophée de manière spectaculaire et de le cacher quelque part où seuls des aventuriers pourraient le trouver.

La foule calmée, il tâcha de passer à la suite.


______________________________________
Edité le 01-05-2017 à 00:27 par Icosaedre

Icosaedre
   Re: Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 01-05-2017 00:24

Maitre de jeu
Nombre de messages : 1736

 


«— Revenons en à Vahal. Avec l'événement nous avons récompensé ces instants qui prennent une place énorme dans l'histoire, le but ici est de se pencher sur les détails sur ce qui fait qu'on se plait à vivre à Vahal. Et cette année, pour la création de la catégorie, nous avons le plaisir de remettre l'Award de la Réso en résonance à... CrazyDoll qui a sut pimenter la vie des Vahaliens ! »



Cette nouvelle récompense laissait également le minotaure perplexe. Avaient-ils, encore ici, affaire à une sorte de dieu ? Il semblait bien, puisque ces nominés, encore une fois, paraissaient avoir grandement influencé le destin des Vahaliens. Impressionné, il battit frénétiquement des cils en apprenant que cette fois, quelqu'un (ou quelque chose ?) était là pour réceptionner les honneurs, en se demandant quelle forme cette manifestation allait prendre. Devait-il courir aux abris ? Surexcité et effrayé à la fois, il se rapprocha de Kazadrond — on ne savait jamais —, laissant Gahin en première ligne. Il avait lu qu'il s'agissait en l'occurrence d'un événement hors du commun, une double-apparition divine aux conséquences des plus désopilantes. Soudain rêveur, le précieux s'imagina transformé en grande dame, paré de mille bijoux étincelants et d'une robe bouffante en taffetas pastel, et se trouva à tomber par terre. Gran-diose ! Fascinant !

Et dire que c'était Kazadrond qui avait l'immense honneur de remettre une telle récompense ! Jaloux comme un pou, Sakavaal lorgna avec envie son ami qui procédait et la mystérieuse gagnante, en se maudissant pour ne pas lui avoir chipé la place à son tour. C'était tout bonnement fantastique. Effrayant, mais positivement fan-tas-tique !


Dans la salle comble, la poupée parcourait des yeux le décor tout en applaudissant le dernier gagnant. Les lourds rideaux rouges, les ornements en or et l’éclairage donnaient à l’endroit une dimension un peu fantastique et hors du temps. Assise sur une rangée de droite, elle observait la scène et les trois personnes qui se tenaient dessus. Elle se mordit la lèvre d’agacement en constatant qu’une fois encore le patriarcat avait frappé et qu’il n’y avait aucune femme pour remettre les prix. Sans doute que les organisateurs n’y avaient même pas prêté attention, mais ce « détail » ne lui avait pas échappé. « Bon au moins y a des races différentes, si ça avait été que des humains ou des elfes, j’aurais hurlé au racisme… Pouvait-on d’ailleurs appeler ça du racisme dans ce cas ? « Spécisme » ? Non pas vraiment non plus ».
Elle cessa d’applaudir et écouta vaguement l’annonce de la prochaine catégorie. Ah oui, « Réso en résonnance ». Elle bâilla un peu et jeta un coup d’œil à sa montre. Ça faisait combien de temps qu’elle ne s’était pas connectée ? Au moins quatre bonnes heures. Nom d’un Mouton empaillé, elle allait sans doute retrouver sa messagerie blindée à son retour… Sans compter toutes les inscriptions de comptes et les validations qu’il y aurait à faire. Bon, elle pourrait toujours faire semblant de former Rixos et Icosaedre en leur copiant tout ça pour lui faciliter le travail. D’habitude, ça marchait plutôt bien.
Forcément, l’humain se fendait d’un discours interminable. Elle faisait attention à sourire et rire en même temps que les autres. Mais elle commençait à avoir sérieusement la bougeotte. Elle n’aurait clairement pas dû boire tous ces verres avant de venir… Comme l’humain s’éternisait, elle finit par craquer et décida de remonter discrètement l’allée pour filer en douce au petit coin. Parti comme il l’était, il en avait encore bien pour un quart d’heure ! Elle se leva, réajusta sa robe et commença à remonter l’allée en faisant bien attention de ne pas se vautrer avec ses chaussures. Quelle idée ! Elle aurait mieux fait de venir en basket et en jogging avec un paquet de chips !


«— Blablablablablabla… CrazyDoll ! »

URGH !!! QUOI ?!!! La maître du jeu, aussi digne qu’elle pouvait l’être pivota sur elle-même et découvrit alors que la salle entière la regardait, la lumière était désormais braquée sur son siège vide. « Merde ! Bordel de dés pipés et de PJs ressuscités… La poisse » songea-t-elle en accrochant tant bien que mal un sourire sur son visage et en descendant les marches les unes après les autres. Elle parvint, non sans une concentration extrême, à ne pas trébucher ni tomber en montant sur scène. Faisant semblant d’être ravie d’être là alors que sa vessie lui implorait de prendre la fuite, elle salua la foule de la main. « Rappelle-toi, la Reine d’Angleterre ne bouge que la main pour éviter que le gras du bras ne fasse « flop flop ». Mais arrête de penser à ça, qu’est-ce que tu en as à faire !!! ».

Enfin sorti de sa rêverie plein de gloire et d'or, le nain bouclé vint se saisir du prochain trophée. Ce dernier représentait un dé à cents facettes, toujours en or. Décidément les organisateurs devaient être plein aux as ! Un grand sourire accroché au visage, il s'avança pour attendre la ou le gagnant. Hélas les projecteurs éclairèrent un siège vide. Kazadrond se tourna vers Gahin d'un air étonné. Était-ce normal ? Il fut quelque peu soulagé en voyant une femme bien habillée s'approcher de la scène. La gagnante ne leur avait pas fait faux-bon ! Le nain lui tendit sa récompense en souriant de toutes ses dents tordues, sans se rendre compte que son ami minotaure le jalousait.


— Toutes mes félicitations Madame. Vous êtes, ma foi, très certainement un être d'exception à pouvoir ainsi influencer notre destin à tous. La plus populaire des vôtres même, étant donné que c'est vous et pas un autre qui reçoit ce trophée.

Vu de près, elle n'avait franchement rien d'impressionnant. Il crut pendant un terrible instant qu'elle allait échapper le trophée et le faire tomber par terre. Lorsqu'elle s'approcha ensuite du micro, ce fut pour bégayer et leur casser les oreilles. Le nain grimaça lorsque le son lui perça les oreilles mais s'arrangea ensuite pour garder un air poli et un sourire charmant. Après tout elle était censée pouvoir le faire disparaître d'un mouvement de petit doigt, alors mieux valait ne pas se la mettre à dos...

CrazyDoll se saisit du trophée tendu un peu gauchement en remerciant le nain qui le lui remettait. Enfin, elle s'avança au pupitre.


«— Bonsoir. Bonsoir à tous et à toutes. Heu… »

Le micro siffla légèrement et elle s’écarta en grimaçant. Bon généralement, c’était là que les gus remerciaient toute leur famille, les personnes qui les avaient soutenus et tout le bazar non ?

«— Heu… Tout d’abord, j’aimerais remercier… »

Allez bim… On plonge dans la banalité…

«— Brel... Heu… Je veux dire Merle ! »

Elle s’éclaircit la gorge et ignora son tract pour continuer :

«— Il m’a formé et m’a fait confiance au moment où j’en avais le plus besoin. Il m’a aussi beaucoup aidé après une période où j’étais toute seule à animer le site faute de présence de membres du staff. Il m’a appris les ficelles et m’a donné ses astuces. Je pense que c’est aussi grâce à lui que je m’amuse autant aujourd’hui avec vous. Je suis ravie de pouvoir contribuer à l’amélioration du jeu et aux animations qui s’y tiennent. Je tiens à remercier également les joueurs et les joueuses pour avoir voté pour ma résolution. On n’a pas toujours beaucoup de reconnaissance quand on est MJ. On s’investit souvent beaucoup et de manière parfois invisible. Mais les preuves de soutien et d’appréciation comme celles-ci font vraiment chaud au cœur et nous motivent à continuer. Alors merci pour vos votes, ça me fait vraiment plaisir. D’autant plus que j’avais énormément apprécié cette résolution. Et d’ailleurs, ça me rappelle une fois où… »

CrazyDoll remarqua un mouvement de l’humain qui lui signifiait qu’elle n’allait pas devoir tarder à reprendre le micro :

«— Bref, je veux seulement dire, merci pour votre confiance. Je ferai de mon mieux pour continuer à vous amuser avec des résos endiablées et un peu loufoques, mais aussi avec celles qui sont terriblement sérieuses et haletantes. Merci pour votre soutien. Merci à l’équipe de conteurs et de MJs, ils m’ont beaucoup aidée cette année alors que j’avais une IRL très chargée. Je suis ravie de pouvoir travailler avec eux et j’espère que nos projets pour le jeu aboutiront bientôt. Mais je n’en dis pas plus, vous verrez bien assez vite de quoi il s’agit. Je redonne le micro à notre Maître de cérémonie ! Licorne, papillons et béhémoth sur vous ! Que les dés vous soient favorables ! Let’s roll !!! »

Elle brandit son trophée et salua la salle avant de descendre de la scène. La MJ faisait de son mieux pour marcher le plus calmement possible alors que tout le monde la suivait du regard. Mais dès que l’humain reprit son discours, elle souleva sa robe et se précipita le plus rapidement possible à l’extérieur de la salle pour soulager une envie pressante.

La place derrière le pupitre libérer, Gahin vint la reprendre !


«— CrazyDoll ! Vous pouvez l'applaudir !»

Mais celle-ci ne devait pas apprécier la scène car elle était déjà partie en courant pour se cacher.

«— Et puisque nous parlont des dés qui roulent et du hasard, je puis vous assurer que vous n'allez pas être déçu par l'annonce du gagnant ou de la gagnante de la prochaine catégorie qui vise à récompenser ceux à qui la chance a pu faire défaut. Et cette année, une personne a besoin de réconfort et de compassion. La récompense pour la catégorie "On ne réussit pas à tous les coups revient à... Faleon avec la punition qui vous ferait recommencer. »



L'une des catégories honnies par Sakavaal, à nouveau. Une récompense moqueuse, qu'y avait-il de plus vil ? Une fois, dans sa prime jeunesse, ses camarades d'étude lui avaient remis le prix du plus gros ego lors d'une parodie de cérémonie, et il n'avait toujours pas digéré l'affront malgré les années. Il cligna donc de ses grands yeux sombres ornés de longs cils noirs avec toute la commisération dont il était capable en s'approchant du pauvre bougre soumis à cet opprobre. Humilié par des enfants, quelle horreur. D'autant plus que Faleon, le fameux Faleon, était un personnage prestigieux qui avait maintes fois prouvé sa valeur, malgré l'allergie constante du peuple à la garde. Non, vraiment, c'était indigne de l'homme si charismatique au casque doré.

Le nom de la catégorie fit hausser un sourcil perplexe à notre bon nain, et le trophée qui allait de paire le fit pouffer de rire. La personne qui allait récupérer ce prix risquait de ne pas être franchement ravie. Ce devait être sûrement aussi gratifiant que de récupérer le pou en or de la catégorie "parasite". Il fit de son mieux pour afficher un sourire poli et non hilare lorsqu'un humain vint récupérer le trophée. Après tout il n'était pas un sauvageon, lui ! Il savait se tenir. Kazadrond applaudit poliment avec le reste du public.

Le chasseur taciturne n'aimait pas spécialement participer à ce genre de cérémonie. En effet pour lui cela s'avérait plutôt absurde. La moitié des gens présents dans la salle étaient des nouveaux réincarnés de l'année et donc n'avaient aucune idée des événements qu'on leur présentait.

Et l'autre moitié allait sûrement mourir ou se suicider durant l'année à venir. Bref, cette cérémonie était absurde, comme celles passées et celles à venir.

Pire, l'ancien capitaine de la garde était une nouvelle fois nominé. Et cette fois rien de bien drôle, au contraire, un malencontreux tour du hasard qui, si il le faisait remporté une récompense, allait le rendre ridicule et rendre ridicule la garde.

Ah bah ! Voilà qu'on venait de l'appeler. Purée de putois, il n'aurait pas dû venir.

Se levant, il s'avança d'un pas lent vers l'estrade. Habillé sobrement tout de noir, le seul signe de richesse qu'il portait était un collier en argent ou pendait une petite figurine en or représentant un griffon.

Il monta calmement les quelques marches qui le menaient à son « trophée ». Ce fut le grand minautore qui lui confia le trophée représentant un eïl en train de trébucher, se faisant un croche-pattes à lui-même en. Sakavaal s'inclina cérémonieusement devant l'humain au griffon.


«— Noble sieur Faleon, veuillez recevoir toute ma gratitude pour votre dévouement à la population quelque peu ingrate de cette ville, que vous protégeâtes de toutes vos forces bien des années durant. Un petit échec ne signe pas la médiocrité mais vient souligner la magnificence du reste, soyez-en assuré. Par ailleurs, si je puis me le permettre... j'aurais aimé connaître la concoction que vous utilisez pour rendre votre chevelure aussi soyeuse ?»

Le grand gagnant remercia d'un hochement de tête les trois pantins qui présentaient la soirée. Ne sachant pas quoi dire, il fronça les sourcils et s'adressa à la foule.

«— Merci mais je ne vois pas l'intérêt de tout ça. Bonne soirée.»

Son éloquent discours terminé, il retourna à sa place.

Quelque peu amer, ce qui pouvait se concevoir, le chevalier hélas descendait déjà de la scène. Ému par la sensibilité dont faisait preuve le gaillard, qui prouvait là qu'un cœur avait toujours battu sous son armure, le minotaure soupira en le regardant partir d'un air enamouré.

Gahin aurait pu en vouloir au personnage d'être aussi peu enclin aux festivités qu'il avait organisé, cependant, il se doutait que ce ne devait pas être facile de se voir rappeler son échec. Et l'homme avait au moins eu le courge de monter sur scène.


«— Cet homme ne manque pas de courage ! Il assume ses échecs et nous pouvons tous le prendre en exemple pour cela ! »

Applaudissant de paire avec la foule, l'homme au costume bleu se ressaisit en constatant qu'il ne restait plus que deux enveloppes à ouvrir. La fin de la cérémonie approchait. Il eut apprécié qu'elle dure plus longtemps, cependant toute chose à une fin, et qui sait, avoir participé à l'organisation de la cérémonie des Edenya Awards l'aiderait peut-être à trouvé d'autres festivité correspondant à ses attentes. Optimise, un sourire vint éclairer le visage de l'animateur.

«— Nous approchons de la fin et ça commence à être réellement sérieux. La prochaine catégorie est la "Figure 2017" qui parmi les très nombreux nominés va recevoir ce très prestigieux titre ? »

Ah, voilà une catégorie bien plus gratifiante que la précédente. Torse bombé, le nanique blondinet se sentait fier d'être celui qui donnerait ce masque en or au gagnant ou à la gagnante. Gahin, continuait de parler, créant le suspens.

«—Farya Arakhora, Navine de Joyeux, Goupil, Katel, Inutile, Anthea, Valkazaar, Cedric, Glaedryll, San , Doual, Lumalette... Qui ? J'ai l'heureux plaisir de déclarer gagnante des Edenya Awards 2017... Pardon, la gagnante des Edenya Awards 2017 est Farya Arakhora !»

Le sourire suffisant du nain fondit comme de la neige au soleil en voyant la furie rousse revenir sur la scène. Quelle catastrophe ! Il ne put s'empêcher de se dire que Vahal manquait franchement de goût et avoir l'air sympathique en délivrant ce trophée fut pour lui une véritable épreuve. En fait, son sourire ressemblait plutôt à une grimace de douleur.

Oh non, pas encore cette démente ! Sakavaal, tout comme son amis, frémit en entendant ce nom haï. Impossible, mais que lui trouvaient-ils donc ? Décidément, ses concitoyens n'avaient de cesse de le laisser pantois, ce soir. Quelle idée ! Quel manque de goût ! Ou alors, était-ce à nouveau un vote moqueur ? Impossible de le dire. D'un élégant mais pleutre pas chassé, le colosse au poil lustré se plaça derrière Kazadrond, dont il dépassait évidemment de trois côtés, et se retrouva fort démuni lorsque celui-ci se déplaça pour faire son office. Au moins cette remise de trophée n'était-elle pas à sa charge... Horrifié par le sans-gêne et l'existence-même de la furie dépenaillée, il retint son souffle en veillant à garder une bonne distance entre elle et lui, et ne retrouva ses esprits qu'une fois celle-ci retournée à sa place. Heureusement que le preux Kazadrond veillait !


En entendant à nouveau son nom, la chasseuse ouvrit de grands yeux et regarda son frère d'un air aussi surpris que ravi. Elle, la figure ? Décidément, les Vahaliens avaient tellement de goût !

— Han !! OUAIIIS !!

Une seconde plus tard, elle cavalait bruyamment jusqu'à la scène et y grimpait d'un bond, exécutait une vive rondade et bondissait au devant de Kazadrond, son sourire devenu si large qu'il menaçait de dépasser des deux côtés de sa tête. Et en plus, c'était lui qui s'occupait encore d'elle, et pas cette espèce de mollasson géant ! Elle colla une bourrade au barbu compact, cette fois, puis lui arracha presque le trophée en forme de masque souriant des mains et se mit à se pavaner en le levant haut au-dessus de sa tête.

Ainsi gratifié d'une bourrade qui n'avait rien d'élégant ou de gracieux, marque qu'il était apprécié de la rouquine, le nain, perdit les quelques bribes de sourire qu'il s'était forcé à garder pour faire bonne figure. L'air froissé, il vérifia que ses vêtements étaient toujours impeccables en marmonnant dans sa barbe. Kazadrond eut l'air plus qu'outré en constatant que certaines de ses belles bouclettes avaient été ruinées par le contact. Il s'étouffa presque d'indignation. L'air furieux, il foudroya du regard la semi-elfe.

La furie rousse s'adressa alors au public d'une voix forte :


— MERCIIII, Vahal !! Comment vous assurez, nom d'un troufignard d'orque farci au vieux jus fermenté d'caniveau, j'en r'viens pas ! Moi aussi j'vous adore, bande de foufous, foi d'Défieuse d'minos !! (Elle se frappa le poitrail du poing en jetant un regard torve au minotaure qui se cachait tant bien que mal.) Vous déboîtez du poney, les gars, continuez d'avoir l’œil comme ça, héhé ! (Soudain, elle repéra quelqu'un qu'elle connaissait dans la foule et se mit à lui adresser de grands signes.) Eeeh ! Salut, donz', ça roule ! Et là, c'pas... Hoy, mec ! Et toi aussi, t'es là ? J't'avais pas vu, bordel ! Ouais, héhé, ça fait grave plaiz' ! Et vous deux, mornecul !! On s'boit un coup à la sortie, hein ? Quoi ?! J'entends pas, tu dois...?... Hem ! Bref, on s'capte à la sortie !

Hélas, la chasseuse avait dû s'interrompre et en rester là, puisque le sympathique nain bariolé semblait vouloir la bouter hors de scène. Fort heureusement pour ce dernier, il n'eut pas besoin d'aller au boût de son geste : elle s'en alla d'elle-même en le voyant approcher. Cette année, elle s'était promis de garder sa dignité ! Un peu, en tout cas. Aussi s'interrompit-elle à regret, pour exécuter une courbette totalement tarabiscotée à destination de la foule, avant de sauter en bas de la scène et de cabrioler jusqu'à sa place, gaie comme un pinson-biquette.

Son égo soulagé par cette réaction de la furie, Kazadrond retourna aux côtés de son imposant ami en ayant l'air important. Après tout, il venait de lui faire peur. Comme quoi, tout le monde reconnaissait son autorité naturelle digne des plus grands chefs. Même les sauvageonnes dépourvues de bienséance.

Un peu décontenancé par le passage de la furie aux cheveux de feu, Gahin ne mit pas longtemps à se reprendre. La cunestière c'était bien calmée en un an. Lorsque le tonnerre d'applaudissement cessa, il put reprendre pour annoncer la fin.


«— Pour finir cette magnifique soirée, nous avons choisit de récompenser la meilleure plume d'Edenya. La catégorie a changé de nom, mais l'idée porteuse elle est restée la même. "Y en a même qui l'ont vu voler" est l'Award destinée à ces être qui sont capable d'insuffler la beauté et l'élégance chez les autres. Et cette année encore la concurrence est rude, il sont nombreux à avoir éblouis vos yeux, mais parmi ceux-là, une personne n'est pas passé loin de vous rendre aveugle ou hilare. Il s'agît de... ... ... »

Bien sûr, il fallait qu'il ait un problème avec la dernière enveloppe, pour être sûr de faire mauvaise impression ! Quand enfin il l'eut ouverte et tiré le papier qui y était inséré, il ne reprit pas la parole pour autant.

«— ...Il s'agit du joueur de Souriceau !»




De nouveau tout sourire, et satisfait de ses performances, le nain pimpant regarda Sakavaal se diriger vers le dernier prix pour le délivrer au dernier gagnant. Persuadé que personne ne pouvait être pire que Farya, le blond sourit aimablement à l'humain à l'air un peu perdu qui venait de monter sur scène. Ce dernier prit son trophée, gratifia le minotaure d'un compliment bien trouvé puis tendit quelque chose au nain. Celui-ci observa ce quelque chose d'un air vivement confus. Une cuisse de canard mâchouillée. Grimaçant un sourire, il refusa poliment ce répugnant cadeau.

«— Non merci, sans façon... Je n'ai pas faim.»

Il était hors de question pour lui de toucher cette chose. Kazadrond s'évertua par la suite à éviter soigneusement Souriceau, notamment pour l'empêcher de lui offrir d'autres cadeaux dégoutants. Il poussa un soupir de soulagement lorsque l'individu s'enfuit de la scène puis sourit une dernière fois à la foule. Il était plus que satisfait par cette cérémonie, bien qu'elle n'ait pas été de tout repos, mais était aussi ravi d'avoir eu pendant aussi longtemps autant de regards tournés vers lui. Il se souviendrait longtemps de cette journée. Qu'il avait hâte d'être là l'année suivante !

Enfin, le terme de la cérémonie approchait. Entre son pelage, ses émotions et les lumières de la scène, Sakavaal n'en pouvait plus. Cette dernière récompense, des plus glorieuses, était destinée à un personnage dont il avait beaucoup entendu parler. C'était toutefois la catégorie la plus incompréhensible aux yeux du botaniste, mais il se plia au jeu de bonne grâce. Le vainqueur était manifestement un écrivain récompensé au titre de son ami Souriceau, s'il avait bien compris, un homme paraissait-il simplet et des plus divertissants. Et pourtant, ce fut ledit Souriceau qui monta sur scène ! De quoi confondre le fringuant cornu. Et le bonhomme semblait en effet quelque peu dispersé, voire dispersant d'ailleurs.

Lorsque Souriceau entendit Gahin Khonu appeler son nom, il était bien trop absorbé par la patte de canard qu'il était en train de mangé pour l'entendre et plus encore pour lui répondre.

Gahin, ne repérant aucune réaction, si ce n'était des aplaudissements dans la salle, mit un certain temps à repéré l'individu récompensé. Voyant celui-ci trop accaparé à grignoter un os, il éleva une nouvelle fois la voix.


«— La joueuse/le joueur de Souriceau ! Souriceau ! Pour l'award de la meilleure plume !»

Il avait donc fallu un second appel pour que Souriceau tende le cou et tourne la tête dans tous les sens pour voir de quoi il en retournait. Comme on lui faisait signe de venir, Souriceau pensa que c'était surement parce que l'homme bien habillé voulait lui aussi goûter à cette fameuse patte de canard. C'était son jour de chance parce que Souriceau avait mis une chemise propre qui avait deux poches et qui était bien pratique pour mettre deux pattes.

De nouveau tout sourire, et satisfait de ses performances, le nain pimpant regarda Sakavaal se diriger vers le dernier prix pour le délivrer au dernier gagnant. Persuadé que personne ne pouvait être pire que Farya, le blond sourit aimablement à l'humain à l'air un peu perdu qui venait de monter sur scène.

Lorsqu'il arriva près de Gahin Khonu, Souriceau sortit la seconde patte et lui tendit avant même qu'il n'ai eu le temps de dire "award". De toute façon, Souriceau ne connaissait pas ce mot qui semblait bien compliqué même s'il avait le bon goût de finir comme canard. Chose qu'il ne manqua pas de souligner. Interloqué, Gahin, se saisit de l'objet qu'on lui offrait et découvrant la nature de celui-ci, para son visage d'un sourire affable avant de faire un signe vers les coulisses pour se débarrasser de la cuisse graiceuse qui lui salissait la main.

Ne sachant trop comment se comporter face à un tel individu, le minotaure endimanché attendit soigneusement qu'il cessa son galimatias pour s'avancer avec pondération vers lui, le gratifia d'une profonde révérence et lui tendit le trophée représentant une belle plume dorée trempant dans une fiole d'encre. Se voir remettre un tel objet par un minotaure énorme et un nain tout petit n'eut pour effet qu'ajouter à la confusion de Souriceau. Un instant déstabilisé par le commentaire de l'homme à la patte de canard, il redressa la tête, et finit par sourire en se rengorgeant, effleurant des doigts l'une des boules dorées, bien content d'échapper, lui, au cadeau dégoûtant.

Mais déjà le minautore, se précipitait vers l'humain aux étranges cadeaux.


«— Très cher, recevez cette récompense avec toute l'admiration de l'humble botaniste-aventurier que je suis. Votre ramage égale, voire surpasse sans nul doute votre plumage, puisque vous voici couronné phénix des hôtes d'Edenya ! Vous êtes la crème de la crème, le dessus du panier, que dis-je, la délicieuse cerise sur le succulent gâteau ! Puissiez-vous encore nous régaler de votre savoureuse prose pour des lustres et des lustres sans jamais que votre main ne tremble, gloire à vous !»

C'est qu'il avait préparé son discours pour un écrivain, lui ! Enfin, cela devrait passer, malgré l'étrangeté de la chose. Et il aurait de quoi taquiner Kazadrond pour un moment, par ailleurs !

Par chance, Souriceau qui était très fort en politesse savait qu'il ne fallait jamais refuser un cadeau. Sinon les gens étaient tristes et ils pouvaient même pleurer très fort ou se mettre en colère. Il prit donc ce que le minotaure lui donna non sans lui préciser qu'il avait de très jolies cornes et qu'il adorerait avoir les mêmes. Cela eut pour effet de tirer un sourire à la montagne de muscles.


«— Hihihi, eh bien, je vous remercie. Vous êtes très élégant, également, alors peut-être pousseront-elles un jour ? Mais revenons à notre trophée !»

Quand au nain qui ressemblait à Kahzdrun mais en garçon, Souriceau lui offrit la patte de canard qu'il avait un peu entamé. Si tout le monde avait droit à des cadeaux, c'était normal qu'il en ai lui aussi. Ce n'était pas parce qu'il arrivait à mi-cuisse du minotaure qu'il fallait l'en priver. D'ailleurs les enfants étaient souvent petits et ils adoraient les cadeaux. Ce n'était surement pas sans raisons.

L'heureux destinataire de ce présent observa ce quelque chose d'un air vivement confus. Une cuisse de canard mâchouillée. Grimaçant un sourire, il refusa poliment ce répugnant cadeau.


«— Non merci, sans façon... Je n'ai pas faim.»

Il était hors de question pour lui de toucher cette chose. Kazadrond s'évertua par la suite à éviter soigneusement Souriceau, notamment pour l'empêcher de lui offrir d'autres cadeaux dégoutants.

Quand on lui expliqua qu'il devait remercier tous les gens de Vahal, Souriceau réfléchit un moment. Ce serait surement très long mais après tout, si ça pouvait leur faire plaisir pourquoi pas.

Il commença à remercier les gens qu'il connaissait, la magnifique Tysbei qui avait de si belles jambes et Mélitta trois doigts qui faisait si bien à manger. Kahzdrun bien sûr même si elle ne voulait pas qu'il dorme au cimetière et puis Cedric aussi parce qu'il était le chef de son jardin. Ses frères marins d'équipages du bateau fée, Zarten qui buvait si bien le rosé et puis Mihm qui lui avait appris à faire la mesure et grâce à qui il était le chef des pigeons. Haalandar bien sûr parce qu'un jour, Souriceau serait lui aussi un grand capitaine et puis aussi Elu qui faisait si bien la taupe. Sans parler de Claym qui tuait si bien les gardes quand elle était en colère. Viria bien sûr qui lui avait apprit à écrire en lettres dessins et Irrtum qui lui avait enseigné la plus puissante des formules magiques et qui faisait du si bon pain. Sans oublier Katel qui plantait si bien les fleurs et s'occupait de la salade de Tomo des légumes. Pour chacun des gens qu'il connaissait et tout ceux qu'il ne connaissait pas, il eu des mots gentils et sincères.

En pensant à chacun d'eux, il se rappela combien il avait de la chance de les connaître et combien il les aimait. Ses yeux s'embrumèrent alors de larmes et il se mit à pleurer sans retenue même si les hommes ne pleuraient pas et que lui maintenant il était un homme.

Au terme de longues minutes il bredouilla un "merci" tremblotant et il prit la fuite bien plus qu'il ne se retira. Enfin c'était ce qu'on pouvait penser parce qu'il quitta les lieux en courant comme se le feu venait de se déclarer.


«— Mesdames et Messieurs ! Le joueur/la joueuse de Souriceau à l'œuvre devant vous ! Vous pouvez l'applaudir bien fort.»

Le minotaure maniéré s'était reculé, tout sourire, pour écouter la litanie de remerciements souricesques en essayant d'ignorer la dégoûtante goutte de sueur qui lui dévalait la colonne vertébrale. Quant aux larmes, si elles le surprirent, il les préférait de loin aux vociférations et se contenta de faire mine de les ignorer, ce qui n'était pas vraiment évident — ni crédible. Mais la chaleur devenait intenable... En suivant d'un oeil perplexe le drôle d'humain qui s'enfuyait comme s'il avait le feu aux chausses, il soupira. Quoiqu'il en fût, quelle magnifique soirée, mes aïeux ! Presque sans accroc !

Le nain rutilant poussa un soupir de soulagement lorsque l'individu crasseux s'enfuit de la scène puis sourit une dernière fois à la foule. Il était plus que satisfait par cette cérémonie, bien qu'elle n'ait pas été de tout repos, mais était aussi ravi d'avoir eu pendant aussi longtemps autant de regards tournés vers lui. Il se souviendrait longtemps de cette journée. Qu'il avait hâte d'être là l'année suivante !

Une fois Souriceau descendu, débarrassé de sa cuisse de canard, Gahin se repositionna au niveau du pupitre pour souhaiter une bonne soirée à la population.


«Mesdamoiselles, Mesdamoiseaux, Mesdames, Messieurs, merci d'être venu aussi nombreux. Merci à Sakavaal Séhvair et Kazdrond Pic-Loyal de m'avoir aidé dans l'organisation de cette soirée, merci à tous ceux qui ont fourni du travail en amont. Merci à tous ceux qui ont participé aux nominations. Merci à ceux qui ont participé au votes, et encore merci à vous. Je vous souhaite une bonne soirée.»

Il effectua une magnifique révérence et le rideaux se referma le séparant d'une foule en folie.

Icosaedre
   Re: Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 01-05-2017 00:28

Maitre de jeu
Nombre de messages : 1736

 


Voilà voilà, et comme je ne pouvais pas finir sans faire un petit copier-coller....

Merci à tous d'avoir voté, proposé des nominations, de m'avoir aidé pour cette présentation. En espérant que ce ne soit pas les dernière édition !

Bon, du coup, je vous donne les résultats HRP pour que vous ayez un peu plus de précisions. Et encore merci aux 35

Un merci tout particulier à Aaricia qui m'a énormément aidé pour tout, à Pandanas pour l'aide fournie sur le RP, à Merle pour sa mémoire, à Auledry pour le Wiki, et à tous les autres qui m'ont aidé à un moment ou un autre.

Bonne soirée et bon jeu à vous !

Ico

PS: n'hésitez pas à laisser un petit RP de réactions !


Le parasite :
- Cedric, le pseudo guérisseur : (5)
- Maelyss, La couarde en cavale : (4)
- Madagah, Oui, mais en fait, j'ai pas envie : (0)
- Arumah Dagon, Je fais ce que je veux puisque la loi, c'est moi : (2)
- Ethan Kalish, Le chef des maîtres d'arme? Jamais entendu parler : (4)
- Ayden, créer le besoin : (3)
- Zarten, quand l'eau ne suffit pas : (2)
- Eyd'il Lhur Hemoa, l'evil drow of evil : (5)
- Le sergent Giv de la garde : (2)
- Varr Hafgufa, dit la Pieuvre : (7)
- blancs : (1)



À couteaux tirés :

- Massacrons nous dans la taverne : (12)
- Farya vs Mist Kottur, la notion d'entrainement : (2)
- Glaedryll vs Le monde, la force n'est pas toujours un avantage : (11)
- Goupil vs Farya, combat de paresseux : (2)
- Elirinna, Siline, Navine, Inutile : les vers s'avèrent sévères : (8)
- blancs :(0)

What is love ?

- Ethan Kalish + Farya Arakhora + Reynardt de Meldonde, Vahal City : je l'aurai tué pour elle : (4)
- Katel + Cedric, Nos étoiles complémentaires : (7)
- Tysbei et Melitta, voyage de noces : (4)
- La garde, les Maîtres d'Armes et les vahaliens : c'est toujours la faute des autres : (4)
- Doual et l'Histoire , le témoin de Chroniquah : (6)
- Goupil et la bouteille, ou la symbiose éthylique : (1)
- Doual et Farya La fratrie fraternelle : (9)
- blancs :



Le monument mythique :

- Le Foudre de bière : (12)
- la Guilde des Maîtres d'Armes : (2)
- Le temple de l'aube, anciennement temple des déesses, sanctuaire du bien : (3)
- La fiole enchantée, pharmacie magique : (3)
- Les guérisseurs, ils soignent tellement qu'ils sont immortels : (14)
- blancs :(1)


L'événement :

- La dernière prière avant la bataille, Les joueurs d'Edenya, par Katel et Cédric : (3)
- Quand les fantômes s'invitent à Vahal, par Ahotep et Drude : (12)
- La grande marée, par Drude : (3)
- La tragédie des Dieux, par Icosaedre : (14)
- L'énigme de la lourde de la ratichonnière, Arumah, Farya, Navine : (1)
- L'incendie de l'Ire Honnie : (2)
- blancs :(0)


À l'aventure compagnon :

- À travers le temps et l'espace : (8)
- À la recherche de la paquerette perdue : (9)
- Les îles de la lune : (10)
- Les Bouseux : (5)
- blancs : (3)


La réso en résonance :

- Massacrons-nous dans la taverne par Rixos : (7)
- Une soirée de folie par CrazyDoll : (11)
- Le combat de R(o)usses par Rixos : (3)
- Coup de vent, Farya et Alastair : (1)
- Course de zouaves par Ahotep : (3)
- Crise identitaire (banc, table, colis, pain) par Rixos : (3)
- Les yeux bien loin des trous par Icosaedre : (0)
- La chute tragique, par CrazyDoll : (2)
- blancs : (5)

On réussit pas à tous les coups...

- Goupil, un petit pas pour la renarde, un grand seau pour l'humilité : (8)
- L'équipe réunie pour affronter la menace du cimetière., on fait avec les moyens du bord : (10)
- Tysbei 1, un remède à l'ennuie en aventure : (2)
- Tysbei 2, bonjour chez vous : (0)
- Tysbei 3, chut faut pas dire que tu sais que y'a truc et machin qui ont fait ça : (0)
- Kalime Garneyah, tadadam ! Oups : (0)
- Faelon, une punition qui vous ferait recommencer : (11)
- Tristan Valtan Partir un jouuuuur, sans retouuuuur : (2)
- blancs : (2)


La figure 2017 :

- Farya Arakhora , la cunestière : (8)
- Navine de Joyeux , tavernière mi-chèvre mi-bière : (4)
- Goupil, alias Marie Predeaux mais c'est du HJ. La renarde : (3)
- Katel, l'admirable martyre : (6)
- Inutile, Minurtile l'Aindyspensâble : (5)
- Anthea, la mairesse idéale : (3)
- Valkazaar, le Schtroumpf maladroit : (1)
- Cedric, l'ami, le frère : (2)
- Glaedryll, le ténébreux casseur de bouche : (0)
- San, l'elfe bienveillant : (0)
- Doual, l'histoire à tout prix : (1)
- Lumalette, le ficus qui se laisse pas piétiner les racines : (1)
- blancs :(1)


Y'en a même qui l'ont vu voler :

- Lap, joueur de Varr Hafgufa, dit la pieuvre : (5)
- Slad, joueur de Kryll : (1)
- Aaricia, joueuse de Farya Arakhora : (5)
- Information confidentielle, joueur/joueuse de Goupil : (4)
- Information confidentielle, joueur/joueuse de Souriceau : (6)
- Drude, joueur de Bwqsgisqniso (nom approximatif parce que le faune, c'est pas de la tarte) : (3)
- Kazuzu, joueur de Kazuzu : (4)
- CrazyDoll, la poupée folle qui porte bien son nom : (2)
- Siline, joueur de Siline : (0)
- Auledry joueuse de Navine des Joyeux : (0)
- Antwind, joueur de Charlar Scene, Inutile etc : (3)
- blancs : (2)


Nb de votants : 35

Darklord
   Re: Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 01-05-2017 01:14

Administrateur
Nombre de messages : 2613

 


YES ! La meilleure aventure !

Bon ben va falloir que je cravache sévère pour faire mieux en 2018

Ahlem
   Re: Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 01-05-2017 10:44


Merci Ico et le staff pour tout ça
! Merveilleux !

Ça mérite bien un petit rp ^^

Ahlem
   Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 01-05-2017 11:16


Dans le fond de la salle et à peu près au milieu d’une rangée, notre curieux oiseau s’était glissé sur un siège libre pour assister à la cérémonie. Il était nonchalamment assis, drapé de son blanc plumage et confortable comme un oiseau dans son nid.

Contradiction à la base de tout rêve : il savait ce qu’il faisait là tout en l’ignorant parfaitement. Un grand sourire était étalé sur son visage. Ce fait à lui-seul révélait déjà le caractère irréel de l’événement : avez-vous déjà vu un hibou sourire de tout son bec, à moins qu’il ne baille ? Quoi qu’il en soit notre animal était à son aise et heureux de se trouver là, impatient que la cérémonie commence. En attendant il dardait son regard de tous côtés, observant ses compères.

Enfin apparurent les présentateurs. Curieux bonhommes, songea-t-il. À eux-seuls ils auraient pu monter un spectacle. Hibou des neiges se redressa un peu dans son siège. Ce faisant, ses longs cheveux blancs vinrent à s’égarer dans le cou de son voisin de rangée sans que notre humain ne s’en préoccupe. Sur la scène les discours commençaient. Le dénommé Gahin, flambant dans son auberginité, se présenta avec une énergie digne de l’événement. Ses deux compères – nain et minotaure – n’avaient pour le reste guère besoin de s’adresser au public pour attirer les regards.


Le premier gagnant appelé était inconnu de notre oiseau. Et Hibou des neiges eut d’ailleurs à peine le temps d’apercevoir ses tentacules que la pieuvre/le nain/la viscosité/la marine odeur avait disparue. Il n’avait pas connu non plus l’événement qui pris ensuite vie sur le mur, ce qui ne l’empêcha nullement de profiter du spectacle. À l’appel de Farya et Doual, l’homme ajouta de bon cœur ses applaudissements à ceux de la salle. Sacré duo ! La pièce qui se jouait sur scène commençait à devenir tout aussi distrayante que les prix eux-mêmes ! Vinrent ensuite les responsables de l’établissement des guérisseurs de Vahal. Hibou des neiges pensait jusqu’à présent connaître tous les guérisseurs, mais cette cérémonie lui montrait le contraire ! En tout cas le prix semblait mérité : Dès sa première semaine à Vahal, c’est là-bas que notre blanc-bec avait rencontré la moitié de la populace !

Il ne connaissait aucun des gagnants suivants, hormis Farya qui revint en tempête arracher son dû et communiquer sa joie. Mais il joignit à chaque fois ses applaudissements aux autres. Parce que ces inconnus semblaient l’avoir mérité. Et parce que notre oiseau était fort content de cette petite pause festive. Le bec en un sourire plus large encore qu’au début, anonyme dans le public, il se prenait au jeu sans retenue. Il serait toujours temps plus tard de retourner à ses habitudes hibouesques.

Cette cérémonie commençait même à résonner en lui d’étrange façon, semblant se propager à différents plans matériels et immatériels. C’était fascinant ! À un moment soudain, alors que l’étrange poupée CrazyDoll se ruait en dehors de la salle, il eut conscience d’un pan entier de nouvelles existences qui se substituaient à lui. Une espèce de marionnettiste bienveillant qui veillait sur lui, puis une autre personne qui s’était tenu là à sa place, en un autre temps avec un autre nom. Un fantôme elfique, lui semblait-il, qui s’était levé pour recevoir un trophé, déjà. Qu’il sentait lié à lui, quelle étrangeté ! Cette conscience procurait à notre Hibou une exaltation extrême.


Le rideau tomba et il se leva avec les autres pour applaudir bruyamment. Après cette dernière euphorie, le brouhaha remplaça les exclamations du présentateur et le public commença à se diriger vers les portes. Notre grand et gracieux Hibou des neiges attendit que les sièges se libèrent puis s’extirpa de sa rangée. Alors qu’il se dirigeait vers la sortie, non sans un dernier regard pour la scène, son décor disparut soudain dans un tourbillon noir tandis qu’il se réveillait.

Hagard, il ne sut plus où il était. Mais un regard autour de lui suffit pour lui apprendre qu’il était dans son nid. Oui, à Vahal. Pourquoi cela l’étonnait-il d’ailleurs ? Il tenta de retenir les bribes du curieux rêve mais les souvenirs se dispersaient déjà et il n’en resta bientôt qu’une sensation inédite. Un souvenir exalté. Comme un dernier lambeau de brouillard, cette sensation disparaitrait aussi sous la prochaine heure.


______________________________________
Edité le 01-05-2017 à 11:18 par Ahlem

Cedric
   Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 02-05-2017 00:13


... "Du fond de la salle où il s'était cantonné, Cédric maugréait avec jubilations.
Il se leva, rattrapant sa cape qui venait encore de glisser à terre. Foutue cape qui s'affalait à chaque fois qu'il voulait garder son incognito....

Il venait d'avoir sous les yeux l'évidence, la manifestation sans appel de ce qu'il pensait depuis un certain temps : "On" lui en voulait, "On" cherchait à lui nuire.

Ses soupçons avaient jailli depuis cette première rencontre avec ce mendiant hideux, ce gnome heureusement disparu depuis, dont le nom commençait par Dere- et se finissait pas -syas, et qui avait été le premier à deviner que Cédric n'était qu'un pseudo-prêtre.

Cédric jubilait férocement. La preuve irréfutable de cette volonté de nuisance était patente : "On" venait de révéler au grand jour que depuis sa réincarnation en Edenya, Cédric était un agent des forces du mal, qui essayait avec obstination et persévérance, avec talents même quelques fois, utilisant différents subterfuges, de rater magnifiquement les sorts de soins qu'il utilisait pour celles et ceux qui venaient le solliciter ; celles et ceux qui s'en trouvaient rassérénés ne le devant qu'à l'extrême attention bienveillante d'Hoscurvitt.

Cédric jubilait férocement. Qu'"On" se le dise : malgré ces basses manœuvres, Cédric continuerait encore et encore avec application à vouloir rater les sorts de soins de celles et ceux qui oseraient encore venir les lui demander..."


Bon. Sérieusement, maintenant : un grand merci à Icosaedre et ses précieux acolytes pour la réalisation et la réussite de ces Edenya Awards.
A l'année prochaine, pour de nouvelles réussites. Et de nouveaux échecs.

Cédric.

______________________________________
Edité le 02-05-2017 à 00:17 par Cedric

______________________________________
Edité le 02-05-2017 à 00:18 par Cedric

______________________________________
Edité le 02-05-2017 à 00:19 par Cedric

Auledry
   Re: Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 03-05-2017 13:53


Merci Ico pour la publication des résultats, et félicitations aux vainqueurs.

Slad
   Re: Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 04-05-2017 16:28


Bouuuuh ! Aux chiottes l'arbitre ! Venduuu bouuuuuuh !

Ahem... pardon ! Je reprends ! Félicitations aux vainqueurs !

caillou
   Re: Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 05-05-2017 11:06


merci Ico !
j'imaginais pas les résultats dans un si joli style !

Drude
   Re: Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 05-05-2017 13:26


Je m'associe aux huées de Slad ... et à ses félicitations !

Cassandre
   Re: Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 06-05-2017 22:37


Du super boulot ! Un grand merci un peu en retard à Ico et aux petites mains restées dans l'ombre (Aaricia, Merle, Auledry, Pandanas et tous les autres). Des cookies vous attendent en récompense :D



Ensuite un grand bravo aux vainqueurs, profitez de vos trophées (dûment mérités malgré ce qu'on peut en dire ^^ ) jusqu'à l'an prochain ;)

Et l'an prochain justement, on explose tous les records !!!

Pandanas
   Re: Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 06-05-2017 23:35


*se jette sur les cookies et les mange tous !*

:3

Lap
   Re: Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 09-05-2017 01:36


Bravo. Et merci !

Icosaedre
   Re: Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats) Posté le : 13-05-2017 15:53

Maitre de jeu
Nombre de messages : 1736

 


Han ! Trop cool, des cookies ! Merci !

Les forums > Divers > Edenya Awards 2017 - Cérémonie ! (Résultats)

|1|